PostHeaderIcon JDJ ANEHO: 20ème EDITION

jdj_banderoleDans le diocèse d’Aného, les Journées de la Jeunesse ont connu leur 20ème édition cette année. Ce fut les 10 et 11 avril 2015. En ce bicentenaire de la naissance de Saint Jean-Bosco, c’est le Noviciat Salésien de Gbodjomé qui a servi de cadre pour cette rencontre diocésaine annuelle où les jeunes catholiques viennent célébrer ensemble leur foi, dans la joie et la gaieté. Ils sont venus de tous les coins et recoins du diocèse et même d’ailleurs. Au nombre d’environ deux mille cinq cents, on pouvait lire sur leurs visages, leur fierté de se retrouver ainsi, autour du Christ ressuscité, leur Maître et Seigneur. Comme chaque année, l’événement a commencé par la procession à travers le village de Gbodjomé avec la croix des JDJ. Une procession qui a abouti à la paroisse Saint Matthieu de la localité, là où la croix a été implantée. Ensuite, les jeunes sont revenus sous le hangar dressé sur la cour du Noviciat à l’occasion. Ici, ils sont arrivés avec l’icône de Notre Dame du Lac-Togo qui accompagne la grande croix des JMJ. Une croix fabriquée suivant le modèle de celle qui, depuis 1984, rassemble périodiquement à travers le monde, lajdj_croix_tableau jeunesse chrétienne pour les JMJ. En 2006, la croix ayant quitté Cologne (Allemagne, JMJ 2005) pour se rendre en Sydney (Australie, JMJ 2008), a été accueillie au Togo et dans le diocèse d’Aného. Pour marquer ce moment historique, Mgr Isaac Jogues Gaglo, en ce temps-là, Administrateur diocésain, a décidé qu’une copie de la croix soit faite pour rassembler les jeunes du diocèse à chaque anniversaire de cette aventure de foi. Avec le temps, pour éviter les tracasseries de deux grands rassemblements diocésains des jeunes par an, la célébration de cet anniversaire fut rattachée aux JDJ pour ne constituer qu’une seule manifestation. Depuis lors, donc, au Dimanche des Rameaux, le transfert de la croix des JDJ se fait en même-temps que celle des JMJ, témoin, elle aussi, de la célébration annuelle de foi des jeunes du diocèse d’Aného.

Cérémonie d'ouverture

Pour la cérémonie d’ouverture, une petite séquence chorographique servi de prélude. Elle a cédé place à une tornade de pétards pour saluer le 20ème anniversaire des JDJ. Les coordinateurs de chacune des paroisses du diocèse passèrent devant pour un cérémonial de libation où ils ont imploré toutes les grâces sollicitées pour les jeunes de chez eux durant cette année 2015 jusqu’aux prochaines JDJ de 2016. Puis, les participants ont eu une séance d’adoration eucharistique, dirigée par le révérend père Antoine Kankoe, curé jdj_adorationd’Anfoin et exorciste adjoint du diocèse d’Aného. Une adoration chantée, où l’assemblée a fait monté ses supplications vers le Dieu Puissant et Glorieux, en faveur des jeunes présents, de ceux présents seulement en esprit, des jeunes de la rue, des jeunes diplômés chomeurs, de ceux enrolés dans les groupes armés et qui portent atteinte à la vie d’autres jeunes… Bref, toute la jeunesse du monde a été portée devant le Seigneur dans cette adoration qui a duré un peu plus de quarante minutes.
Juste à la fin de cette séance de prière, l’ordinaire du lieu, arrivé pendant l’adoration, a procédé à l’implantation symbolique de la croix des JMJ. Suite à cela, l’assemblée a salué la présence au milieu d’elle de l’aumônier de la jeunesse de l’archidiocèse de Cotonou (Bénin), le père Nymphas EYEBIYI. Et ce fut la pause-dîner. Une pause qui n’a pas non plus manqué de chants, de danses et d’animations diverses. Notons au passage que l’ambiance de la rencontre a été conjointement entretenue par les orchestres des paroisses d’Anfoin et de Kpémé.


Les jeunes rencontrent leur évêque

Une fois le repas passé, la rencontre s’est poursuivie avec l’entretien des jeunes avec l’évêque. Avant que de laisser la parole aux participants, Mgr a tenu à rappeler quelques passages du message du Saint Père aux jeunes pour cette année ; un message intitulé : « Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. » Les participants ont posés des questions auxquels l’évêque a répondu. Voici certains éléments de réponse que Mgr a adressés aux questions des participants: « Pour être heureux, il faut se donner une discipline. Sans volonté, sans effort, on ne réussit jamais. Vous ne pouvez pas vous amusez aujourd’hui et vous attendre à ce que demain soit rose. Pour prendre soin de sa vie sentimentale, il faut se laisser éduquer. Si nous savons méditer la parole de Dieu, beaucoup de choses reçoivent de la lumière. Le chrétien doit savoir lire et méditer la parole de Dieu. » Avant de conclure cet entretien avec Mgr, le père Benjamin Koussawo, Aumônier diocésain de la jeunesse a souhaité que l’évêque donne quelque conseil aux jeunes par rapport au prolongement des congés de Pâques. A cela, Mgr Gaglo a répondu qu’il faudra prendre ses responsabilités, se fixer des objectifs précis et ne pas perdre son temps mais travailler de manière à mettre à profit ce temps libre.
L’habituelle présentation des participants par paroisse s’est aussi déroulée dans une grande ambiance d’allégresse sous le regard bienveillant de l’évêque, apparemment assez ravi d’être témoin de cette vivacité de la jeunesse de l’Eglise locale à ses soins confiée. La cérémonie a duré jusqu’un peu au-delà de 00 h pour se terminer avec la présentation de la jeunesse de Gbodjomé, paroisse qui abrite cette 20ème édition de la rencontre de foi et de joie des jeunes de l’Eglise-Famille-de-Dieu qui est à Aného.
La soirée s’est poursuivie avec des danses chorégraphiques, des prestations de réjouissances traditionnelles jusqu’aux environs de 3h30mn avant de laisser le temps à un silence de repos.
Au petit matin, les activités ont repris vers 6h00 avec les matches de football. Ce sont les filles qui ont joué les premières, la paroisse d’Anfoin contre celle de Tchékpo. Le temps réglementaire s’est épuisé pour elles sur le score d’un but partout. Les tirs au but ont permis de départager les deux formations pour donner la victoire à l’équipe des jeunes filles de la paroisse d’Anfoin. Après les filles, ce sont les garçons des paroisses de Kpogan et de celle de Gbodjomé qui se sont affrontés. A l’issue de ce match, l’équipe de Gbodjomé a réussi à s’imposer à son homologue de Kpogan sur le score de un but à zéro.
A la fin du sport, pendant que les uns se lavaient et que d’autres prenaient leur petit déjeuner, d’autres encore visitaient les stands des communautés religieuses présentes dans le diocèse d’Aného. Histoire de les découvrir dans leur charisme, leur spiritualité, leurs activités et leurs lieux de mission. Un peu avec du retard, mais les participants ont eu le droit de suivre un enseignement sur le thème : « Réussir, mais à quel prix ? » Cet enseignement fut donné par Victorien Nagbé, Magistrat au Tribunal d’Aného. De cette communication, on pourra retenir substantiellement que « quand on nait, il faut tout faire pour réussir. La réussite du chrétien, vient du savoir allier constamment travail et prière, études et témoignage (engagement) de foi en Jésus Christ. »

La Messe de clôture

Au sommet de notre rencontre juvénile, la grande concélébration eucharistique, présidée par l’évêque du diocèse, entouré d’environs 25 prêtres et un diacre. L’animation de cette messe a été assurée par la chorale fédérale de la paroisse Saint Matthieu de Gbodjomé. Partant des textes du jour (samedi dans l’octave de Pâques), Mgr Isaac, dans son homélie, a souligné la forte conviction dont Pierre et Jean ont fait preuve devant le Sanhédrin. Une conviction qui, pour le Grand Conseil, contraste avec le fait que les apôtres soient des hommes sans culture. Et pourtant, a rappelé le prélat, Saint Paul, avec toute sa culture, a manifesté une pareille assurance intérieure devant le gouverneur Festus. C’est la preuve que cette conviction ne vient pas de la culture ni de la connaissance, mais plutôt de la foi en Jésus Christ, le Ressuscité ; une foi partagée tant par Pierre et Jean que par Paul. Et l’ordinaire de conclure sa prédication en invitant les jeunes à repartir eux-aussi de ces JDJ, animés de la même foi pour témoigner partout de leur joie et de leur confiance d’êtres les amis de Jésus, le Seigneur qui vit et règne pour l’éternité.
A l’issue de l’eucharistie, après divers remerciements, il y eut les remises de prix. Pour le compte de cette année 2015, le Grand Prix Mgr. HOUNNAKE, pour le dynamisme et l’assiduité, a été décerné aux paroisses d’Adjido et d’Aklakou, de même qu’à Jean-Baptiste Kodjo Agbegninougan de la paroisse d’Adjido et Estelle Abra Akouan de la paroisse d’Ahépé. Dans le domaine desjdj_equipe_gbodjome compétitions, le Grand Prix Mgr. DOSSAVI, a été attribué, côté filles, aux paroisses de Tchékpo (2ème) puis d’Anfoin (1er) ; du côté des garçons, c’est la paroisse de Kpogan qui a eu la 2ème place, quand celle de Gbodjomé en prenait la 1ère.

Après la bénédiction finale, Mgr Isaac a annoncé le rendez-vous des 21ème JDJ d’Aného : ce sera les 1er et 02 avril 2016 sur la paroisse Saint Christophe de Zafi.

P. Simon-Pierre SILIADIN

 
Monastère St. Esprit

ADJODOGOU

esprit

Radio Maria en live
Ecouter Radio Maria togo Cliquer ici !
Ecouter Radio Maria Togo
AGENDA DIOCESAIN